Après la traversée de la cordillère centrale, nous arrivons à Bogota, capitale de la Colombie. C’est une ville avec très peu de bâtiments coloniaux en raison de son histoire, car elle a été détruite à 80 % en 1948 lors d’El Bogotazo. Nous n’avons pas ressenti d’agressivité mais beaucoup de mendicité. Nous dormons en sécurité près d’un quartier qui n’a pas très bonne réputation.

Le 1er jour, nous faisons le tour du centre ville et visitons le musée Botero, qui est le plus célèbre peintre et sculpteur de Colombie. Ses œuvres ont surtout une touche personnelle très reconnaissable. Nous avons même la chance de découvrir un tableau de Picasso, et Renoir. Les enfants ont d’ailleurs un peu de mal à comprendre pourquoi certaines œuvres sont des œuvres d’Art ! Puis nous finirons la journée à l’Alliance française. Ce soir, c’est le jour de l’été avec sa traditionnelle « Fête de la musique » à la française mais ce ne sont que des DJ alors nous irons plutôt faire la « Fête des papilles » dans un succulent restaurant français. Le patron et les serveurs (franco-colombiens) nous donne un cours d’histoire très intéressant sur la Colombie.

Le second jour, nous flânons dans le quartier de « La Candelaria » et découvrons le musée de l’or qui est impressionnant. Et retour à l’Alliance Française pour finir la journée.

Le dernier jour à la capitale, rapide tour au Musée des sciences « Maloka » pour faire encore quelques expériences. Sur la route, nous souhaitons visiter une immense cathédrale de sel, conseillé dans tous les guides de voyage, mais à l’entrée, les prix pratiqués pour les étrangers (car les prix sont différents pour les Colombiens!) sont juste du « racket » alors pas de visite.

Nous faisons un petit crochet pour visiter Villa de Leyva, ville coloniale assez chic avec ses rues pavées, ses mûrs blanchis à la chaux et sa place centrale la plus importante du pays (120mX120m). Nous nous posons ici car demain est un jour un peu particulier…

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Suzie, notre grande fille a 11 ans en Colombie alors nous tournons en centre ville pour dénicher un petit resto sympa et nous ne sommes pas déçus. Nous trouvons aussi une « panaderia francesca » et que c’est bon du bon pain !

Nous passons aussi quelques jours à Barichara, autre ville coloniale très charmante. Nous nous retrouvons chez Yoep et Julia, des hollandais expatriés qui viennent d’ouvrir leur finca aux voyageurs. C’est juste un plaisir car ils ont rénové les bâtiments avec goût mais surtout avec des matériaux locaux (pisé, adobe, terre cuite), le rêve de l’éco-constructeur ! en plus ils ont déjà une phyto-épuration et un projet de piscine naturelle.

Pour Mickaël, c’est l’endroit idéal pour poser ses valises et développer une nouvelle activité (permaculture, brasserie, tous les projets sont bon à prendre…), quel rêveur celui-là !

Le lendemain, nous randonnons sur le camino réal pour descendre à Guane, petit village authentique. Nous remontons ensuite en bus et finirons la journée à visiter la fabrica de papel à Barichara.

Aujourd’hui, nous visitons le centre de la ville dont la spécialité culinaire sont les hormigas culonas grillées (fourmis à gros cul) !

Le lendemain, nous devons déjà partir car les jours passent et il faut penser à rejoindre la côte caraïbe pour en profiter. Ce fut un plaisir de partager du temps ici.

Chez Yoep et Julia …

Nous faisons une halte sur le plateau de Los Santos pour visiter l’hacienda El Roble, l’une des plus grande exploitation de café de Colombie avec ses 320 hectares. Sa visite et les explications sont très intéressantes. Nous apprenons énormément sur le café ou plutôt l’arabica avec toutes ses variétés, de la cueillette à la dégustation.

Maintenant, nous allons redescendre en altitude et faire les 650 km qui nous séparent de la côte et retrouver la chaleur.