Après cette escapade dans la faune brésilienne, nous nous retrouvons à Bonito. Bonito se trouve au Sud Ouest du Brésil dans l’état du Mato Grosso do Sul situé au sud du Pantanal dans un environnement de forêts tropicales traversées par des rivières aux eaux cristallines pleines de poissons d’eau douce tropicaux. Cascades et grottes font aussi partie du paysage. C’est une ville réputée pour ses eaux cristallines en raison des différentes sources et le calcaire qui purifie l’eau. Elle est très charmante surtout le soir au niveau de la place de la liberté.

Notre première journée est consacrée à de la farniente et ça fait du bien de temps en temps ( je sais ! c’est difficile à comprendre pour ceux qui bossent mais nous ne sommes pas en vacances et les journées sont chargées, mais les voyageurs comprendrons !). Nous faisons aussi diverses tâches qui prennent plus de temps qu’à la maison (lessive, rangement et les leçons). En plus, nous apprenons à nous passer du frigo qui n’a pas supporté la chaleur depuis plusieurs jours, donc on s’adapte, c’est ça aussi le plaisir du voyage…

Mais ici, c’est très touristique. Toutes les piscines naturelles sont privatisées et toutes les attractions sont assez chères à notre goût. Le deuxième jour, nous nous rendons tout de même à Balneario dol Sol afin de profiter des eaux cristallines et du joli site, au programme snorkeling, tyrolienne, et singes !

Bon !!! après plus d’un mois et demi au Brésil, il est temps de poursuivre le voyage par le Paraguay (mais nous repasserons au Brésil pour aller contempler les chutes d’Iguazu, point incontournable pour nous). Alors nous quittons Bonito par une belle route fraîchement goudronnée mais après 15-20 km, travaux sur la route. Après renseignement, il y a 5km de piste puis à nouveau goudron, sinon c’est un gros détour par Jardim et le GPS nous indique par ici pour réduire le temps et la distance de route. Alors on y va ! ensuite nous bifurquons pour rejoindre Bella Vista à la fontière Paraguayenne, mais là c’est 50 km de piste (sans ripio donc confortable mais beaucoup de poussière).

De toute façon, il faut aller à Ponte Pora pour faire les papiers de sortie du véhicule et là attention ! on verra bien si ça marche ou pas (souvenez-vous de notre épopée pour avoir un tampon sur le document de Kamel (le vendeur) mais là aucun souci, car la Famille Dalton était rentrée au Brésil par cette douane. L’agent de la Receita Fédéral a même ressorti le dossier d’entrée en deux temps trois mouvements, le plus long a été de rechercher le numéro de châssis sur le véhicule car il voulait vérifier (10 min chrono pour tout faire). Il faut aussi gérer les visas sur les passeports mais il est tard et les bureaux pour faire les papiers d’entrée du véhicule au Paraguay sont fermés. Nous bivouaquons sur le parking sécurisé de la Receita Fédéral. Le lendemain, nous faisons les papiers d’entrée du CC. Ce fut assez rapide malgré la nonchalance des employés ! nous sommes arrivés dans les bureaux, personne ne travaillait, ils discutaient,  jouaient sur leur portable, et d’autres regardaient la télé (ah oui il y a des télés dans les bureaux comme au Brésil) et surtout c’était l’heure du Tereré (boisson nationale du Paraguay à base de plante).

Allez, les premiers tours de roues sont fait sur le sol Paraguayen.