Arrivé à la frontière Colombienne, ce qui nous frappe c’est une file d’attente de plus de 400m avec environ 1500 personnes avec un bracelet rouge qui patientent pour rentrer en Équateur. Ce sont des milliers de familles vénézuéliennes qui malheureusement quittent leur propre pays en raison de graves problèmes économiques et sociaux (sans parler d’une certaine dictature !). Comme le disent certains vénézuéliens : « soit tu meurs de faim, soit tu quittes le pays ! ». C’est stupéfiant mais tous ces vénézuéliens démunis partent en quête d’une vie meilleure ! C’est dingue qu’à notre époque et dans ce monde, il se passe encore des exodes. Le voyage nous a fait relativiser beaucoup de chose et surtout nous a permis aussi de se rendre compte qu’en France, nous n’étions pas malheureux, bien au contraire.

Dans notre sens Équateur vers Colombie, personne ne patiente, donc les papiers sont fait en moins de deux heures. Allez, à nous la Colombie pour terminer notre périple en beauté !

Nous voici à Ipiales, ville frontière, le temps de retirer nos premiers COP (pesos colombiens) avec une sensation d’être riche car 1 euro correspond à 3340 COP environ. Mais nous ne souhaitons pas nous attarder par ici, nous allons bivouaquer proche du « santuario de Las Lajas », en gros notre Lourdes nationale, avec cathédrale, pèlerinage, apparition de la vierge qui a été sculptée dans un rocher, une cascade et des miracles !

Nous passons par Pasto, nous essayons de commander chez Chevrolet notre pièce cassée par le mécano en Équateur mais en vain, la concession est bien ouverte mais le repuesto (magasin de pièces automobiles) est fermé aujourd’hui et demain c’est férié. Nous finirons la journée à la laguna Cocha qui est magnifique. La nuit porte conseil car nous avons une épée de Damoclès sur la tête avec ce corps d’injecteurs qui est réparé à la résine et qui peut rompre à tout moment (dans cette petite pièce en alu circule juste du carburant à 4,5 bars et sans ça nous ne roulons plus), à suivre…

Ce matin, il pleut et le temps est chargé mais la décision est prise, nous irons visiter le site de San Agustin connu pour ces statues précolombiennes et mystérieuses. Çà nous fait un crochet de 250 km et pour s’y rendre il faut surtout passer par le « trampolin de la muerte », une piste étroite de 60 km avec des ravins de plus de 400m de profondeur. Mais le voyage c’est aussi ça, il faut oser ! C’est parti et le soir nous faisons une pause à Mocoa.

Nous sommes arrivés à San Agustin, sans embûche, Ouf ! Ce midi, nous allons déjeuner dans un resto sympa. Le patron français, Franko, a beaucoup voyagé et s’est marié avec une colombienne il y a 8 ans. Il est aussi guide pour une agence de Bogota donc la Colombie n’a pas de secret pour lui. Sur ses conseils et ses explications, nous commençons par le « parque arqueologico ». Ce parc surprenant de 78ha renferme quelques 130 statues précolombiennes. Ce sont en fait des tombeaux funéraires qui remonte à plus de 1500 ans. Aujourd’hui, nous pouvons voir ces statues mais à l’époque les tombeaux étaient recouvert de terre. En plus des statues, nous profitons de la végétation du parc et aussi d’un beau panorama.

Aujourd’hui, nous faisons un tour à cheval afin de visiter autrement la campagne environnante ainsi que les autres sites aux alentours avec un guide nommé « Pacho », qui est très agréable.

Nous repassons chez Franko pour connaître les immanquables de la Colombie. Il nous convainc de poursuivre notre voyage sur Tierradentro, autre site funéraire complètement différent et encore plus ancien mais l’accès est plus compliqué. Nous finirons cette troisième journée à visiter un autre site « Alto de los Idolos », deuxième parc archéologique de la région en importance, il renferme la plus imposante statue, puis visite de la « Salto El Mortiño », splendide cascade, avant de reprendre la route où les paysages sont toujours aussi magnifiques.