Nous arrivons donc en Argentine pour voir la seconde partie des chutes d’Iguazu. Nous savons que ce passage va être bref car nous souhaitons retourner au Paraguay.

Nous avons retenu la leçon de la douane le week-end donc là pas de souci, en 35 min nous obtenons les papiers de sortie définitive du Brésil et ceux d’entrée en Argentine.

Maintenant il nous faut des pesos argentins mais nous galérons un peu pour trouver une banque à Puerto d’Iguazu. En revanche, nous trouvons un camping très sympa. Nous profitons de la magnifique piscine et nous nous rendons surtout aux chutes.

On nous avait dit que le côté Brésilien nous donnait un panorama global des chutes (bien qu’impressionnant) et que le côté Argentin, serait un « tête à tête avec la bête » et nous n’avons pas été déçu, bien au contraire ! Le Rio d’Iguazu se sépare en de multiples bras pour former les différentes cataratas (cataractes). On s’en approche par un réseau de passerelles. La plus imposante est celle en demi cercle, appelée Garganta del Diablo (la Gorge du Diable). Les photos vous donnent une idée de ces sublimes et spectaculaires chutes mais il faut s’en approcher pour ressentir physiquement la puissance, l’ampleur et le bruit assourdissant pour y croire !… Spectacle ÉPOUSTOUFLANT et MÉMORABLE.

Après deux jours au camping, nous descendons un peu, pour visiter sur la route, une mine de pierres semi-précieuses (améthyste, agate, quartz) encore en exploitation de manière artisanale : 12 mineurs travaillent avec des marteau-piqueurs et fabriquent eux mêmes les charges explosives (avec du charbon, du souffre, du salpêtre, des résidus de terre cuites et le détonateur électrique) pour briser environ 1/4 de m³ de roche. Ils mettent environ 15 jours pour récupérer une gemme s’ils en trouvent une ! Inutile de vous dire que nos deux collectionneurs Suzie et Lubin étaient ravis de cette visite. S’ils avaient pu récupérer une remorque de pierres pour eux et leurs copains !…

Le reste de la route est un peu plus monotone car il y a énormément de cultures de bois (pins et eucalyptus).

Nous nous dirigeons vers Corpus pour passer la frontière avec le Paraguay par une toute petite douane et par le « balsa ».