Après nos péripéties de Buenos Aires, nous sommes en direction de la Péninsule Valdès pour observer les baleines mais la route pour y arriver est longue (environ 1500 km) et surtout monotones. Nous traversons la Provincia de la « Pampa », c’est simple, des lignes droites et des lignes droites …

Nous faisons une halte bien appréciée (deux nuits) à El Condor dans la Provincia de « Rio Negro » pour admirer les « Loros Barranquero », la plus grande colonie mondiale de cette espèce de perroquets. Il y a environ 35 000 nids de répertoriés creusés à flan de falaise le long de la mer.

Le spectacle d’envol de ces perroquets est magnifique !

Le lendemain, nous allons à 10 km pour voir des lions de mer avec un petit musée sur la vie marine. Il y a aussi des éléphants de mer, et on peut dire que c’est moins gracieux !

Deux bivouacs plus loin, nous arrivons à la Péninsule Valdès en fin d’après midi, et pour nous accueillir nous voyons déjà, au loin des baleines. Ici, ce sont des baleines Franche Australes qui viennent dans les deux golfes de la péninsules pour mettre bas à partir du mois de mai. Elles éduquent et élèvent leur petit dans les eaux chaudes et calmes et repartent en novembre pour les profondeurs de la côte brésilienne ou en direction de l’Antarctique. Elles peuvent parcourir en une année entre 10 et 15 mille km.

Le lendemain en fin de matinée, nous avons droit à un majestueux spectacle avec des baleines et leur baleineau à 15 – 20 m de la plage. Mickaël, un peu téméraire (car l’eau est affichée à 11°) va même se baigner avec les baleines à moins de 5m (merci Charles pour le défi). Nous passons la journée sur la plage à profiter et admirer des expirations, des saltos, des coletazos (claquements de queues ou de nageoires), des retournements, et des positions verticales. Le spectacle est majestueux !

En discutant avec le « Guardafauna » de la playa Las Canteras, il nous informe que cette saison, ils ont dénombré la présence de 780 baleines et la naissance de 302 baleineaux. La maman mesure entre 15 et 17 m, pèse de 35 à 45 tonnes et leur petit mesure 7m de long pour 3 tonnes, de beau bébé tout de même !

Nous ne nous lassons pas d’admirer ces mammifères marins alors nous restons autour du « Golfo Neuvo » 5 nuits en bivouaquant à différents endroits. Ici la plage de El Doradillo

Nous longeons la partie sud du golf pour aller voir une autre colonie de lions de mer. Le site est aussi réputé pour la présence de cormorans impériales.

C’est à Puerto Madryn que nous croisons le plus de camping-car et surtout des français, un couple avec leur fils d’une vingtaine d’année en sac à dos pour 10 mois et un autre couple de jeunes qui eux font du bénévolat en Argentine pour un an. Nous visitons la ville dans la soirée avec petit resto.

Nous profitons de cette belle et agréable pause pour faire un petit tour dans un garage pour l’entretien du CC (vidange, graissage,…), réparation d’une rotule de direction et remise à neuf du démarreur qui montrait des signes de fatigue. Allez, c’est reparti pour 10 000 km. Suerte…