Peu de temps avant la blessure de Lubin, nous avions décidé de découvrir une destination tant appréciée et convoitée (et avions acheté les billets d’avion). Nous n’étions pas sûr d’y aller mais sachant que Patrouille a trouvé une nouvelle famille pour refaire le tour de l’Amérique du Sud, nous décidons de nous faire plaisir en découvrant l’archipel des Galápagos pour le plus grand bonheur de tous !

Amis voyageurs : conseils et infos en fin d’article pour limiter les coûts.

Nous atterrissons le mardi 15 mai sur l’île de Santa Cruz après un vol de 2h10 depuis Quito. L’aéroport de Baltra se trouve à 1h30 de bus de la principale ville, Puerto Ayora. Nous allons à l’hôtel et traînons un peu en ville, nous apercevons nos premiers iguanes marins qui sont plutôt particuliers, dirons nous.

Le lendemain matin, nous passons par le marché aux poissons et tournons en ville.

Puis nous marchons vers « las grietas » après avoir pris un bateau taxi, l’accès se faisant uniquement par la mer et passage obligé par les marées salantes. « Las grietas » sont des falaises ouvertes sur un passage d’eau très profond. Mickaël et Suzie en profitent pour découvrir de nombreux poissons dans cette eau translucide. Mais le seul regret est que Lubin, avec ses points, ne peut pas se baigner et nous savons à quel point il adore le snorkeling. Alors il prend son mal en patience et observe sans se plaindre en compagnie de sa maman ! Et au retour arrêt sur la plage de « Los Alemanes » Déjà nous remarquons la proximité des animaux dans les rues ou sur les plages.

Le jeudi, journée chargée avec découverte de plusieurs sites. Nous commençons par visiter le centre de l’île avec au programme, randonnée autour de deux cratères « Los Gemelos »

Puis nous passons beaucoup de temps, dans un centre où nous pouvons admirer en semi liberté les fameuses tortues endémiques des Galápagos. Elles sont gigantesques et malgré une durée de vie importante (entre 150 et 170 ans), elles sont malheureusement menacées.

Nous allons aussi parcourir un tunnel de lave de plus de 400m de long avec des passages étroits à certains endroits. Il faut savoir que l’archipel s’est formée suite à de nombreuses éruptions volcaniques. C’est pourquoi, la plupart des îles sont dépourvues de végétation et certaines ressemblent même à un paysage lunaire.

Pour terminer la journée, nous accédons à pieds par un sentier de 2,5km, dans une végétation aride avec des cactus géants, à la plage de sable blanc de « Galápagos beach » et à la lagune « Mansa ». Nous nageons dans une eau cristalline et apercevons des tortues et des bébés requins à pointes noires ( 50-60 cm, sans risque pour l’homme). Mais ça fait bizarre quand même !

Le vendredi, nous avons réservé une traversée pour nous rendre sur une autre île. Mais avant ça, le matin, nous passons à l’hôpital de Puerto Ayora pour retirer les points de Lubin. Notre troisième passage à l’hôpital, en Équateur, aura été encore plus rapide car sans rendez-vous, en 20 mn chrono, nous étions ressortis avec les points retirés. Et comme dit Lubin : en plus c’est gratuit !

Le proverbe « jamais 2 sans 3 » est terminé pour nous et nous laissons notre tour !…

A deux pas de l’hôpital se trouve la petite lagune de « Las Ninfas » où nous avons pu observer des petits requins à pointes noires et d’autres poissons multicolores.

Il nous reste donc du temps le matin avant l’embarcation, alors nous allons visiter le centre de sauvegarde « Charles Darwin » où nous pouvons observer à nouveaux des tortues mais aussi des oiseaux.

sur le chemin du retour, nous découvrons un passage recouvert de mosaïques, surprenant !

Petit resto puis nous allons à l’embarcadère. Le bateau rapide avec ses trois moteurs de 300 chevaux chacun, nous propulse en 1h30 sur l’île de San Cristobal. A notre arrivée à Puerto Baquerizo Moreno, nous cherchons un hôtel pour trois nuits et nous avons le grand bonheur d’observer d’encore plus près les otaries dans leur milieu naturel. On s’imagine même à croire qu’ils nous font une fête de « Bienvenidos » !

Le samedi nous découvrons la partie nord de l’île en débutant par la plage de « Punta Carola » et allons par un petit sentier sur le site « Tijeratas » connu pour le snorkeling. Nous observons des multitudes de poissons mais surtout nageons avec les otaries qui sont très joueuses. Nous montons sur le promontoire rocheux qui domine cette crique pour observer quelques oiseaux. Au retour, arrêt sur la plage de « Mann » où nous rencontrons une fille de 9 ans se prénommant Lauren, qui voyage en sac à dos avec sa maman pendant 1 an et après quelques heures à jouer, elles invitent Suzie à passer la soirée avec elles. Nous laissons donc partir notre fille avec une parfaite inconnue, sur une île ! Chose que nous n’aurions jamais fait en France !… cela s’appelle le lâché-prise et la confiance. Cela peut surprendre mais en voyage, nous n’avons pas du tout la même vision des choses et des gens. Nous avons pris le temps de discuter, de se découvrir en peu de temps avec Caroline la maman de Lauren. Le pouvoir des rencontres, avec des enfants en voyage, est juste magique !

Le dimanche, direction le sud sur le plage de « La Loberia » et là, nous avons la chance et le bonheur de nager avec des tortues marines, pas moins que 6 à portée de main. Nous en profitons à fond sans oublier les poissons. La marée est basse et les vagues sont freinées par des rochers au loin, ce qui crée un petit lagon tranquille.

De cette plage part un sentier bien balisé, nous longeons la mer sur les roches volcaniques tout en respectant bien les informations car nous arrivons à une réserve de nidifications des oiseaux marins. Et là, le clou du spectacle est devant nous avec des frégates, des oiseaux tropicaux, (ici ils les appellent ainsi) (ressemblant aux pailles en queue de l’île de la Réunion) et surtout des fous à pieds bleus.

En repassant par la plage, nouvel arrêt pour profiter des tortues et nous faisons la sympathique rencontre d’une famille de belges en TDM en sac à dos pour un an avec deux filles du même âge que Suzie et Lubin. Ce qui est surprenant, c’est qu’ils sont partis le 2 août 2017 et rentreront eux aussi le 2 août 2018, comme nous. Nous passerons une agréable soirée ensemble à échanger sur les immanquables de la Colombie.

Le lundi matin, nous retournons sur la même plage pour observer à nouveau les tortues, mais la marée est plus haute donc plus de vagues, moins de tortues mais les otaries s’amusent autour de nous. En fin d’après midi, nous reprenons le bateau, alors il est temps de dire au revoir à Nicolas, un backpacker français, qui voyage seul pendant 3 mois et que nous avons rencontré à l’hôtel car il faut penser déjà au retour sur l’île de Santa Cruz pour l’avion de demain.

Mardi 22 mai, la semaine est déjà terminée. Dans la matinée, nous retournons faire quelques emplettes en ville et partons pour l’île de Baltra pour prendre notre vol retour.

Nous avions hésité longuement sur la découverte des îles Galápagos, entre le fait que ce soit trop touristique, et aussi très chers et donc de passer à côté de la vrai nature des îles. Après 8 jours passées sur cet archipel, nous n’avons aucun regret (si, celui de ne pas être resté plus longtemps !), car nous avons découvert une biodiversité unique au monde. Certes, l’île de Santa Cruz était un peu trop touristique pour nous mais l’île de San Cristobal était magique. Nous avons pu visiter en indépendant de nombreux sites magnifiques sans passer par des tours opérators (hors de prix). La faune de l’archipel est fascinante, et nous avons donc vécu des moments magiques avec la proximité des animaux vivant dans leur milieu naturel.

Conseils aux voyageurs : car si vous ne le faites pas maintenant, vous ne le ferez jamais… (à méditer)

– visiter l’intérieur des îles en indépendant (soit en louant des vélos ou avec un taxi)

– de nombreux sites pour le snorkeling sont praticables en indépendant (gratuit)

– manger dans les restos locaux (almuerzos pour 4 à 5 dollars) un peu plus cher que sur le continent mais abordable

– dormir dans des petits hôtels sans chichi. Pour nous 4, chambre quadruple entre 50 et 65 dollars par nuit avec le petit déj (sinon 35 sans petit dèj). Si vous y allez en saison basse, ne pas réserver à l’avance sinon les tarifs sont doubles.

– pour le vol, il n’y a que trois compagnies (Latam,Tame, Aviancia) desservant les 2 aéroports de l’archipel. L’idéal (mais que nous n’avons malheureusement pas fait) serait d’arriver sur une île et de repartir d’une autre (ce qui évite le retour en bateau et surtout de gagner du temps sur l’une des îles). Notre coup de coeur va sans aucun doute pour l’île de San Cristobal (mais nous n’avons visité que 2 îles).

– nous n’avons pas pratiqué de plongée mais apparemment elles sont plus chères que sur le continent (160 dollars pour 2 plongées dans la journée). Les croisières de plusieurs jours autour des îles sont inabordables même en last-minute. En revanche, les tours d’une journée autour d’une île sont abordables et négociables la veille.