Notre premier sentiment à notre arrivée est surtout un dépaysement total avec un continent entier à découvrir.

Concernant le « Nordeste du Brésil », Nous ne ressentons pas d’agressivité, bien au contraire les brésiliens sont sympathiques et très serviables, mais l’insécurité règne car les maisons sont toutes clôturées par des murs surmontés de piques métalliques ou de barbelés, et les fenêtres et terrasses sont protégées par des grilles. Pendant leur séjour sur l’ile d’Itacamara, Chantal et Kamel ont assisté à un braquage en « live », tout ça pour la caisse d’une pizzeria, et une femme a été blessée par balle. Et la semaine avant notre arrivée, une bande bien organisée a attaqué les trois postes de police de l’ile simultanément et pendant ce temps là ils ont dynamité une banque (comme dans les films américains !).

Nous restons donc sur nos gardes et sécurisons nos bivouacs. Ne vous inquiétez pas ! Nous souhaitons revenir en entier !!!

 

mais aussi, nous remarquons de suite la différence de répartition des richesses très importante. Malgré la beauté des paysages, il y a énormément de pauvreté et ça c’est difficile à s’imaginer. Malgré les belles photos sur le site, il faut aussi voir l’envers du décor…(par respect, on ne vous montre pas tout).

Sinon, côté respect de l’environnement, ici nous sommes sur une autre planète !…

il y a des camions d’un autre temps qui crachent leur fumée opaque, les ordures trainent partout (pas de tris bien sûr). De plus, nous sommes devenus les rois des sacs poubelles car dans les supermarchés et lorsque vous faites le moindre achat, vous avez le droit à un sac plastique par article voir deux si c’est lourd ! et je ne vous parle pas de l’assainissement… inexistant !