Après 2800 km depuis Récife (ah !!! que le brésil est grand, 16 fois la france), nous voici arrivés à la mystérieuse ville de « Rio de Janeiro » . Nous y passons 3 jours.

Tout d’abord, nous allons sur la mythique plage de COPACABANA, et nous bivouaquons sur l’avenue en face la plage . Après-midi baignade (mais l’eau est beaucoup moins chaude que dans le Nordeste!). Le soir, nous nous promenons le long de la jetée où de très nombreux marchands ambulants proposent souvenirs, ou petits encas . Nous dégustons donc des galettes de tapioca garnies (un délice!). Le lendemain matin, Mickaël ressent le besoin de fouler les pavés blancs et noirs de la jetée (son entorse va donc mieux).

La deuxième journée est consacrée à visiter l’une des 7 merveilles du monde moderne le « Cristo redento»(le christ rédempteur). Nous montons en train à crémaillère sur 3,81 km. La statue est perchée à 710m sur le mont Corcovado, et mesure 38m de haut avec ses bras grand ouvert sur la ville. Elle fut construite entre 1930 à 1935 tout en béton et recouverte d’une mosaïque verdâtre. (fini le cours d’histoire !) De là haut, nous voyons toute la ville de Rio et les principales curiosités : toutes les plages, le pain de sucre (mythique aussi), le lagon, même des favelas qu’on imagine.

Le matin, voici ce que nous avons vu sur le bivouac du parc Flamengo, autour du camping-car dans un arbre à deux mètres de haut, inutile de vous dire que les devoirs se sont vite arrêtés.

Le troisième jour, nous partons pour la visite du centre de Rio. Ce qui est très marquant : c’est qu’il y a une partie très moderne avec immeuble en verre et tout et tout mais surtout il y a le vieux « centro ». nous prenons donc le tramway le « bonde » (l’un des tramways historiques qui sillonnaient dans le passé tout Rio, 32 places) afin de monter dans le quartier de Santa Teresa . C’est un quartier qui domine la ville, avec des rues pavées et d’anciennes villas hautes en couleurs. Nous nous promenons un long moment dans les rues de Santa Teresa qui est devenu le quartier des artistes, nous remarquons tout de suite que nous quittons le quartier pour nous retrouver dans les rues d’une favela. Préférant jouer la sécurité, nous retournons tranquillement vers le tramway.

Nous descendons à un arrêt du tramway afin de descendre le fameux « escadaria Selaron », c’est un escalier de 215 marches, qui est devenu une œuvre d’art grâce à un artiste chilien Jorge Selaron, qui l’a recouvert de mosaïques colorées. C’était surprenant et magnifiquement coloré !

Le soir, nous allons bivouaquer au pied du « pao de Açùcar » (le pain de sucre) histoire d’en prendre plein les yeux. Nous avons accès de la praia Vermelha. Le lendemain matin, Mickaël monte au premier téléphérique, en trail histoire de se dégourdir les jambes.